Rencontre avec Christophe Pierron, CIO CACEIS Bank Luxembourg

LUX feb2015 DSC_0038Outsourcing versus Sourcing (multi-sourcing), Christophe Pierron, CIO CACEIS Bank Luxembourg, revient sur le choix d’outsourcer ses infrastructures et une partie du développement des applications.

Il y a quelques années déjà CACEIS a pris la décision d’outsourcer ses infrastructures. Avec le recul pensez-vous avoir choisi la bonne voie ?

CACEIS a été créé en 2005 avec le regroupement des activités « Asset Servicing » des groupes Crédit Agricole et Caisse d’Epargne, et l’activité Natixis a rejoint CACEIS deux ans plus tard. CACEIS a très rapidement pris la décision de regrouper toute sa production informatique chez un seul prestataire, CSC PSF Luxembourg. Quatre objectifs majeurs étaient initialement visés et ont été atteints : réduction des coûts, amélioration de la qualité de service, homogénéisation des process et réduction des risques opérationnels.

Quelle est la plus-value pour l’entité au Luxembourg : simplification, industrialisation, cost cutting etc… ?

Les quatre objectifs cités précédemment sont vrais pour le Groupe CACEIS et pour l’entité locale Luxembourg.
Au moment de l’outsourcing, la particularité du Luxembourg était que la production était interne (et non chez un prestataire comme pour Paris). CSC PSF Luxembourg et la production du Groupe CACEIS a donc pu se construire à partir de cette équipe d’anciens collaborateurs CACEIS.

Cette solution vous aura t-elle permise de vous recentrer sur le métier de CACEIS ?

Oui bien sûr. Le métier de CACEIS n’est pas de faire de la Production informatique, surtout avec l’accélération ces dernières années des technologies.
Ce choix nous apporte aussi beaucoup d’agilité surtout dans le contexte actuel qui se traduit pour CACEIS par une pression sur les prix et sur la qualité de services. Afin de répondre à ces enjeux, CACEIS doit innover et proposer ses produits/services à l’ensemble de nos clients, où qu’ils se trouvent.

Vous avez également outsourcé une partie du développement de vos applications. Ce modèle transformé est-il adapté ? Quel est le plus grand bénéfice visible aujourd’hui ?

CACEIS a deux partenaires pour le développement et la maintenance de ses applications : IBM et Vermeg. Ces partenariats réalisés il y a quelques années, permettent à la DSI de CACEIS de se concentrer sur l’architecture applicative, le fonctionnel et le process.

Nous considérons que ce n’est pas le métier de CACEIS d’être expert sur le coding ou les couches basses applicatives. Par contre CACEIS doit repenser les process, bien conceptualiser / modéliser son application pour répondre aux besoins clients et internes, et s’inscrire dans la stratégie IT du Groupe notamment sur les couches transverses comme le Web, référentiels, … Bien sûr, CACEIS doit gérer/superviser ses prestataires et le travail réalisé. La DSI CACEIS reste responsable des livrables finaux vis-à-vis de ses utilisateurs/clients.

Ne pensez-vous pas qu’il y a un risque à perdre ses compétences ?

Nous avons toujours besoin de compétences techniques pour gérer nos prestataires de production informatique ou développement, définir avec eux les meilleures architectures, faire le support applicatif, …

Le marché parle beaucoup de multi-sourcing. Est-ce que cela représente une extension de l’outsourcing, ou pensez-vous que le marché n’est pas encore assez mature (solutions providers etc..) ?

Nous avons plusieurs partenaires stratégiques, et j’en ai listé 3 précédemment. Nous avons d’autres, notamment sur les progiciels métier, où nous avons ces derniers mois renforcé certains partenariats. La stratégie de CACEIS est d’aller chercher le meilleur chez un partenaire dont c’est le métier et qui a déjà beaucoup investi, le travail de nos équipes internes est pouvoir intégrer ces briques dans le SI CACEIS et d’adapter constamment nos process pour être plus efficace.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *