L’échec des stratégies de la DSI vs la tactique

Un article exclusif pour CIONET de Yves Grandmontagne, Directeur de la Publication de IT Social

La plupart des stratégies élaborées par la DSI échouent. Pourquoi ?

La DSI élabore des stratégies. Mais celles-ci souvent échouent. Elles sont parfois irréalistes. Souvent elles sont victime d’être déconnectées de la réalité. Surtout, elles ne résistent pas dans le temps, quand elles ne sont pas dans le choux dès leur publication. Généralement elles ne sont jamais revues. Et elles sont parfois tout simplement oubliées…

Le développement d’une stratégie est considéré comme un évènement unique. Un plan stratégique est élaboré sur 5 ans, et aligné sur les objectifs de la décennie à venir. Malheureusement, l’histoire nous apprend que la plupart des stratégies vont échouer. Et pour la plupart d’entre nous cet échec est une énigme.

En réalité, il y a quatre raisons essentielles à ces échecs, qui s’interpénètrent :

1 – Manque de financement

La question du financement est souvent adressée dès l’origine du Plan Stratégique. C’est une erreur. Le DAF s’appuie sur des cycles budgétaires, mais se montre réticent à libérer des capitaux en cours de cycle. C’est là où la présence d’un comité directeur IT prend toute sa justification financière.

2 – Changements de stratégies

Les stratégies changent constamment, ce qui a un impact sur les équipes IT et plus généralement sur les organisations. L’entreprise est aujourd’hui en constante évolution.

3 – Evolutions technologiques

L’amélioration constante et l’apparition régulière de nouvelles technologie sont autre raison pour que de nombreuses entreprises ne complètent pas leurs stratégies. De plus, le positionnement stratégique de la DSI est trop souvent technique, alors que de nombreux changements évolutifs voire disruptifs se produisent. C’est pourquoi il est préférable de construire une stratégie qui repose sur des objectifs business plutôt que sur des objectifs techniques.

4 – Le plan stratégique

Le plan stratégique se traduit généralement par une approche tactique qui repose sur le fractionnement des projets et la mise en œuvre de silos distincts. Or leur mise au point devrait être commune ou tout du moins alignée, ce qui est rarement le cas. C’est pourtant une solution de facilité, il est en effet plus facile de se concentrer sur deux éléments que sur un ensemble. Et cette approche favorise les luttes politiques intestines.

Un développement stratégique doit s’accompagner de mises en oeuvre tactiques qui visent à adapter la stratégie. Or, nous l’avons vu, le stratégique se heurte au tactique. Ajoutons à cela que raisonnement tactique généralement appliqué par la Direction générale et par la Direction financière s’appuie sur la capitalisation. Paradoxalement dans un monde en évolution désormais permanente, les méthodes de l’industrie du XXème siècle sont encore de mise.business-world-3-1172055

Stratégie vs Tactique

Une stratégie IT doit aujourd’hui évoluer au rythme de l’entreprise. Et prendre en compte l’évolution du financement, de la gestion de la dépense, et de la planification de nouveaux chemins de financement. En devenant opérationnelles, les dépenses peuvent bénéficier d’un horizon plus lointain. Pour résister aux tempêtes périodiques, et s’adapter à la constante évolution de l’entreprise, le département informatique doit pouvoir définir des objectifs moins spécifiques.

Au DSI de définir des objectifs à long terme, et de les traduire en tactiques adaptables. Et de travailler plus étroitement avec la Direction générale et la finance afin d’intégrer dans le plan stratégique un plan de dépenses qui dispose de la capacité de prendre d’autres chemins, voir d’être officiellement détournés. Et surtout, il faut cesser de traiter le développement de la stratégie comme un événement ponctuel, qui la rend très vite, voire dès sa rédaction, hors de propos.

La stratégie doit être l’objet de discutions permanentes. En outre, l’organisation informatique devrait être mise en place afin que les fonctions de l’architecture et du développement soient mélangées avec les opérations et le soutien. Une approche DevOps étendue, en quelque sorte. Cela permet à l’équipe de communiquer sur les faiblesses de l’environnement actuel, et de définir quelles sont les nouvelles fonctionnalités qui pourraient améliorer l’entreprise ou créer la disruption.

Réduire la méfiance et construire un esprit d’équipe, fixer des objectifs stratégiques liés au business et gérer dynamiquement les budgets, il n’en faut pas plus pour que la stratégie de la DSI finisse par se concrétiser et se conclue par un succès.

Image @ FreeImage.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *