Une transformation d’envergure pour AG2R La Mondiale

christophe_darreau-1024x683La Mondiale Europartner, entité luxembourgeoise d’AG2R La Mondiale, spécialisée dans la gestion des contrats d’assurance-vie, a opéré une transformation IT d’envergure. Connaissant une forte croissance, l’acteur du secteur de l’assurance se dote d’une organisation et d’un environnement système lui permettant de relever les défis à venir.
Par Sébastien Lambotte pour l’édition ITnation Mag Juillet 2016

L’IT doit bien vivre avec son temps.
Un environnement système doit régulièrement évoluer, tant pour accompagner la croissance de l’entreprise que pour aider le business à faire face à de nouveaux défis technologiques. La Mondiale Europartner SA, filiale luxembourgeoise du groupe français AG2R La Mondiale, opère actuellement une transformation IT d’envergure et a, par la même occasion, adapté son organisation. « Il nous fallait répondre à un développement important de l’activité. Depuis quatre ans, notre chiffre d’affaires croit de 35% par an, commente Christophe Darreau, directeur des opérations de La Mondiale Europartner. Face à l’évolution du marché et la croissance de l’activité, nous ne disposions plus de la structure humaine, ni des ressources IT, permettant d’assurer le suivi du traitement des opérations. »

Un virage important dans un secteur qui évolue

La Mondiale Europartner sert des acteurs institutionnels, des banques privées ou des gestionnaires de fortunes, en leur apportant des solutions d’assurance-vie, réels outils de structuration du patrimoine, qu’ils pourront proposer à leurs clients. Il y a quatre ans, l’équipe de La Mondiale Europartner comptait 80 personnes. Aujourd’hui, ils sont pratiquement 200 collaborateurs à Luxembourg. Dans ce contexte, son système informatique, très hétérogène, devenait difficile à maintenir et ne répondait plus aux exigences de l’activité actuelle, pour assurer le traitement d’un volume d’opérations de plus en plus important. « Nous avons donc du opérer un virage important. D’autant plus que l’ancien modèle dans lequel nous opérions ne nous permettait pas de créer de la valeur dans un marché en constante évolution. Les clients sont demandeurs de nouveaux services. Il nous appartenait de pouvoir nous mettre en capacité d’y répondre », poursuit Christophe Darreau.

Les clients sont demandeurs de nouveaux services. Il nous appartenait de pouvoir nous mettre en capacité d’y répondre.

Un déploiement en trois phases

C’est l’organisation de l’activité, au niveau RH, qui a d’abord été redé nie. Puis l’IT a été repensée au regard de ce nouveau modèle. « Plutôt que de nous tourner vers quelque chose de tailor made, avec les coûts et complications que cela représente, nous nous sommes tournés, lorsque cela présente un avantage, vers les solutions existantes dans le groupe et déjà éprouvées. La plateforme du groupe est redéployée au Luxembourg, afin notamment de répondre aux exigences réglementaires », poursuit le directeur des opérations.
Ce projet, en cours de déploiement, s’organise en trois phases et objectifs, dont les deux premiers ont été réalisés :

• la dématérialisation de l’activité, avec une réorganisation des flux de données, permettant de sortir de l’ère du papier ;

• la mise en place d’une comptabilisation des actifs sous contrats en temps réel, a n d’offrir plus de réactivité et de meilleurs services aux clients ;

• le déploiement d’une nouvelle plateforme de gestion de contrats, qui fera le lien avec la comptabilité, pour assurer une plus grande efficacité à l’organisation. Ce dernier projet étant en cours de cadrage.

Bien plus que proposer de nouveaux outils

« Au final, notre objectif est de disposer d’un système intégré, couvrant toute la chaine de valeur, offrant plus de possibilité d’automatisation des processus et la capacité de proposer de nouveaux services, explique Christophe Darreau. Un des enjeux principaux, au cœur de cette transformation, réside dans la gestion des flux de données, qui doivent nous remonter des gestionnaire de fortunes, ainsi que dans de leur vérification et leur traitement. »

La nouvelle plateforme de gestion des contrats, qui sera déployée, permettra en effet de plus facilement intégrer de nouveaux modules tout en garantissant une meilleure communication entre les éléments.
« Pour parvenir à un résultat, il a fallu repenser les processus, les transformer. C’est une étape clé de tout projet réel de transformation digitale. Si on ne repense pas le processus, le digital n’apporte aucune valeur à la relation client, puisque c’est bien de cet objectif dont il s’agit », poursuit Christophe Darreau.

Si on ne repense pas le processus, le digital n’apporte aucune valeur à la relation client.

Le directeur des opérations précise : « Pour transformer les processus, il faut travailler sur le parcours client avec la volonté de l’améliorer. » Autrement dit, la digitalisation ne doit pas se limiter à la mise en place de nouveaux outils à l’extrémité de la chaîne de valeur. « Ce n’est qu’une fois le parcours client repensé que l’on peut définir un environnement système qui permettent de le servir, de manière plus réactive », poursuit-il.

Arriver à mener de tels projets, évidemment, exige de déployer au préalable une culture d’entreprise
agile et ouverte à l’innovation. « Le monde de l’assurance doit aussi opérer une transformation digitale et de ce fait, proposer de nouveaux services au client. Si notre activité ne s’opère pas au niveau du front office, c’est nous qui gérons les contrats et l’information que le client désire de plus en plus avoir à portée de main. C’est donc à nous d’apporter de nouveaux services, soit directement à celui qui a souscrit un contrat, soit par l’intermédiaire de notre client institutionnel. Dans ce contexte, où nous devons nous connecter à l’environnement de nombreux partenaires, il nous faut des solutions interopérables et une rapidité de mise en place de plus en plus grande. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *